U - V | MEMBRES DE LA MAISON DE L'ARTISANAT
Sur cette page, Simone VANDUNNEGEM,
Stacks Image 3612

Bernard VAISIERE

Stacks Image 747
Des métiers d’autrefois et des Hommes


D’où lui est venue cette passion ?
Cela fait 15 ans que Bernard, aidé de sa femme Nadine, crée et réalise des poupées en toile de jute. Celles-ci représentent ces métiers dit oubliés avec un souci de réalisme et de précision. Certaines sont motorisées pour leur donner un mouvement (boulanger, souffleur de verre,…).
Ces poupées confectionnées par Bernard et Nadine, sont également une façon de transmettre un patrimoine.
Bernard souffle aussi le verre à la canne.

Souffler le verre, qu’est-ce que c’est ?
C’est grâce aux légions romaines de César qui sont venues s’installer dans nos régions que nos ancêtres ont découvert l’utilisation du verre.
Dans la région de Charleroi, la production de verre commence au milieu du 15
e siècle avec la création d’une fournaise à Leernes. La verrerie fabrique alors uniquement du verre creux et des verres plats destinés aux vitraux.
L’une des techniques utilisées est la fabrication du verre à vitre en canon. Ce procédé consiste à chauffer le verre dans un four à bassin à une température de 1600°. Une fois à température, le verre pouvait être « cueilli » par le deuxième gamin. Plusieurs cueillages successifs étaient nécessaires pour former la boule de verre au volume et au poids demandés par le souffleur. Entre chaque opération de cueillage, le verre et la canne étaient refroidis dans des seaux et cuves d’eau. Ensuite le premier gamin préparait la boule de verre, « la paraison » dans un bloc de hêtre taillé à l’hermiette. Il soufflait dans l’embouchure de la canne pour « percer » le verre, c'est-à-dire former la première bulle d’air à l’intérieur de la masse de verre. Ensuite, le souffleur prenait la canne pour former le canon.
  • Stacks Image 3597
    Image slide caption
  • Stacks Image 3598
    Image slide caption
  • Stacks Image 3599
    Image slide caption
  • Stacks Image 684
    Image slide caption
  • Stacks Image 685
    Image slide caption
  • Stacks Image 686
    Image slide caption

Prénom : Bernard
Nom : Vaisiere
Adresse : rue Lumsonry, 57
5651 Tarciennes
Téléphone : 0496/60 85 33
Site :
lesmetiersdautrefois.org

 
Stacks Image 3614

Simone VANDUNNEGEM

Bijoux fantaisie en Pâte polymère


D’où lui est venue cette passion ?

En 2003, c’est la folie des perles « Swarowsky », folie à laquelle je cède mais voilà que l’intérêt des gens diminue en 2006 alors que faire de mes petites mains ??
Je découvre sur internet que l’on peut fabriquer ses perles soi-même avec de la pâte polymère, couramment appeler pâte « fimo » (du nom de la marque). Durant trois ans, je crée mes bijoux seule avec l’aide de sites internet expliquant comment fabriquer, créer et monter des bijoux. En 2009, je participe à un stage international en France donné par six professionnelles et c’est là le départ d’une vraie passion. Depuis, je participe régulièrement à d’autres stages pour découvrir diverses techniques.

La pâte polymère, qu’est-ce que c’est ?

A la base, la pâte polymère est utilisée dans la fabrication de petits objets décoratifs. Il y a environ trente ans, une créatrice se décide à l’utiliser en « millefiori », à la façon des verriers de Venise et de là est née la bijouterie en pâte polymère.
La pâte est cuite à basse température, celle-ci varie de 110 à 150°donc un four de cuisine suffit. Les techniques et les dessins sont nombreux. Les techniques de base sont le Skinnerblend (dégradé de deux ou plusieurs couleurs) et les canes (système qui consiste à créer un dessin dans un colombin et que l’on retrouve tout au long de celui-ci), elles sont coupées en très fines tranches et mises sur une couche de fond dans lequel on créera le futur bijou. La pâte paut aussi se travailler avec d’autres matières (encre, feuilles d’or et d’argent, peintures, poudre Mica,…)

Petite phrase de l’artisan

« Ouvrir mon paquet de pâte et réfléchir à ce que je vais en faire, le malaxer, le voir se transformer et devenir au final un bijou est l’activité qui me détend le plus. Je ne saurai plus me passer de travailler ma pâte plus d’une semaine. »

  • Stacks Image 697
    Image slide caption

Prénom : Simone
Nom : Vandunnegem
Adresse : rue Saint Sébastien, 2
1420 Braine-l’Alleud
Téléphone : 0496/74 60 77
Mail : creationenomis@yahoo.fr

 
Stacks Image 3616

Marc VIVIER

Stacks Image 795
Ciselure à l’ancienne sur cuivre et laiton



D’où lui est venue cette passion ?

En 1990, Marc a commencé à prendre des cours du soir en Dinanderie dans une école technique de Dinant. Il y est resté pendant 3 ans (jusqu’en 1992).
Il y apprend les techniques de la chaudronnerie (fabrication des chaudrons, poêlons, marmites,…) et de la ciselure (travail fin à la main d’une feuille de cuivre). C’est cette dernière qu’il choisit pour s’exprimer.

La ciselure, qu’est-ce que c’est ?

La ciselure est une des deux grandes techniques de la Dinanderie. Elle consiste à donner du volume à une feuille de cuivre ou de Laiton parfaitement lisse en travaillant simultanément d’un côté et de l’autre de celle-ci.
L’outillage utilisé pour cette technique est assez proche de celui employé pour le travail du cuir et demande aussi des mains habiles. Marc utilise des outils d’époque datant de la fin du XIX
ème siècle.
La finition de la pièce se fait avec une patine pour souligner de noir les traits marqués dans le cuivre, le tout est ensuite verni pour éviter la très rapide oxydation du cuivre.
Marc s’inspire de divers sujets, la civilisation égyptienne, japonaise voire africaine mais aussi des scènes moyenâgeuses de chasse à cour.
En fonction de la taille et de la complexité des tableaux, la confection des tableaux peut prendre jusqu’à 200 heures.

Petite phrase de l’artisan

Chaque pièce réalisée entièrement à la main est donc unique, tel le tableau d’un peintre…
  • Stacks Image 788
    Image slide caption
  • Stacks Image 789
    Image slide caption
  • Stacks Image 790
    Image slide caption
  • Stacks Image 906
    Image slide caption
Prénom : Marc
Nom : Vivier
Adresse : rue E. Declercq, 9
5646 Stave
Téléphone : 071/72 93 96
Mail : marc.vivier@skynet.be
 
Stacks Image 3618

Audrey VIROUX

Stacks Image 838
D’où lui vient cette passion.
L’envie de créer ... Mais je n’ai rien voulu apprendre... Comme un enfant qu’on laisse devant une boule de plasticine... Ni dieu, ni maître... La terre sous les doigts, je me vide de mes dégouts, mais, aussi de mes rires et de mes joies... De mes petits récits, fabriquez-en d’autres et que votre capacité à inventer n’ait pas de limite, pas de frontière ...
La terre cuite et émaillée qu’est que c’est ?
Un peu de terre... Un peu d’eau... 2 mains... De l’imagination... Laisser sécher ... Cuire à feu fort +/_ 900°... Si le cœur vous en dit... émailler, relaisser sécher ... Et recuire à +/_ 1100 °
Laisser refroidir... Et déguster avec les yeux.
Petite phrase de l’artisane.
Aimons-nous les uns les autres... le reste c’est du bodding. (Paroles selon Saint Bruxellois)
  • Stacks Image 891
    Image slide caption
  • Stacks Image 892
    Image slide caption
  • Stacks Image 893
    Image slide caption
  • Stacks Image 897
    Image slide caption
Pseudo : VidreyKe
Nom et Prénom : Viroux Audrey
Adresse : Rue de Labie, 49,
5310 Leuze
Téléphone : + 32 477 74 29 50
Mail :
vidreyke@gmail.com